Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Météo en France
  • : Le temps en France et dans le monde et les événements climatiques et météorologiques
  • Contact

Recherche

Nombre de visites

total visiteur :

connecté(s) actuellement : 

 

 

30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 12:34

Source Météo-World (www.meteo-world.com) :

Une tempête de neige exceptionnelle pour un mois d’octobre est en train de toucher les états du nord-est des États-Unis. Déjà plus de 10 000 foyers sont privés d’électricité dans les états de la Virginie, du Maryland et de la Pennsylvanie. Dans la ville d’Ogletown (Pennsylvanie) et à Terra Alta (Virginie), la neige a déjà atteint une hauteur de 30 cm, du jamais vu en octobre, puisque les premières neiges ne font généralement leur apparition qu’au mois de décembre. La neige est également tombée dans le Connecticut et le Massachusetts.
Les premiers flocons ont fait leur apparition ce matin sur New York ou l’on prévoit une dizaine de centimètres de neige. Sur Central Park, où l’on n’avait jamais relevé plus de 2 cm de neige pour un mois d’octobre depuis le début des relevés datant de 1869, on mesurait ce matin 3 cm.

Une dépression très dynamique remonte le Nord-est des Etats-Unis
Une dépression très dynamique, née d'un conflit de masses d'air entre de l'air chaud remontant du golfe du Mexique et de l'air froid descendant du Canada, balaie l'Est des Etats-Unis.

Vidéos :


 

 


 

Source La Chaine Météo (http://actualite.lachainemeteo.com)


Tempête et fortes chutes de neige sur les Appalaches : jusqu'à 50 cm de neige !
Au passage de cette virulente dépression, les Appalaches sont particulièrement exposées à ces intempéries : en plus des abondantes chutes de neige (jusqu'à 50 cm de neige relevés vers 1600 mètres en moins de 24 heures ponctuellement), de violentes rafales de vent (jusqu'à 100 km/h en montagne), accroissent le risque de blizzard et la formation de congères en altitude.
Les Etats les plus touchés par ces intempéries sont essentiellement situés le long d'un axe allant du Tennessee à la Pennsylvanie jusqu'au Vermont et au Maine, atteignant la province du New-Brunswick avant de s'évacuer vers Terre-Neuve.

Neige exceptionnellement précoce sur New-York et Washington

Avec une limite pluie/neige qui est descendue jusqu'en plaine, les chutes de neige ont été abondantes à des altitudes relativement basses (dès 300 mètres d'altitude avec entre 5 et 10 cm relevés). New-York et Washington ont été touchés par des vents forts et des chutes de neige également. La couche de neige a atteint 3 cm à Washington et dans la banlieue de New-York. Des chutes de neige exceptionnellement précoces. A Washington et dans la banlieue de New-York (aéroport de la Guarda), il n'avait jamais autant neigé (3 cm, ce qui ne constitue évidemment pas une hauteur de neige record !) à une date aussi précoce depuis le début des relevés (depuis 1869). A Cresson (Pennsylvanie), on a relevé 10 cm de neige. A Terra Alta (Virginie) situé à 750 mètres d'altitude, on a relevé 30 cm de neige !

Nombreuses perturbations, des victimes à déplorer
Les aéroports de New-York et de Washington ont connu des retards, plus en raison de la visibilité réduite que par la neige elle-même. Sous le poids de la neige, rendue très lourde et humide en raison de températures voisines de 1°C, de nombreux cables éléctriques ont rompu : 2 millions de foyers se sont ainsi trouvés à un moment ou à un autre privés d'électricité. On dénombre 3 victimes depuis le début de cette tempête.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 12:47

Source Météo-World (www.meteo-world.com)

En Thaïlande, les inondations qui ravagent le pays ont gagné la banlieue de la capitale Bangkok.
Dans le Nord de la ville, la hauteur de l’eau atteint les 1 m par endroits, et des dizaines de milliers de personnes ont été forcées de quitter leurs habitations à bord d’hélicoptères ou de barques. Jusqu'ici, quatre des 50 districts de la ville ont été évacués, ce qui comprend environ 40 000 personnes au total.
Selon les experts, la marée haute dans le golfe de Thaïlande, conjuguée à la descente des eaux en provenance du Centre du pays par le fleuve Chao Phraya qui traverse la capitale, pourrait détruire les barrages mis en place pour éviter que l’eau n’atteigne le centre-ville de Bangkok.
Pour faciliter l'exode de près de 12 millions d'habitants se trouvant près des côtes et dans les centres touristiques, le gouvernement a décrété cinq jours de congé, et des camps de secours ont été mis en place dans les provinces de Kanchanaburi, Suphan Buri, Ratchaburi, Phetchaburi et Chon Buri.
La situation devrait toutefois revenir à la normale dans quelques jours, avec un abaissement prévu du niveau des eaux dans les premiers jours du mois de novembre.

Il s’agit des pires inondations de ces 50 dernières années.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 12:15

Source KERAUNOS (http://www.keraunos.org) :

Un épisode méditerranéen, dans la lignée du premier épisode de la saison deux jours plus tôt, a touché l'ouest du Languedoc et le Roussillon les 27 et le 28 octobre 2011. Cet épisode, reste relativement classique pour la saison, mais les lames d'eau en 24h relevées dans les Corbières sont plus significatives et parfois exceptionnelles. Comme ailleurs autour de la Méditerranée, cet épisode fait suite à un mois de septembre déficitaire sur l'ouest du Languedoc en terme de précipitations.

Les lames d'eau :

Sur les Corbières, les cumuls de précipitation sur l'ensemble de l'épisode, soit en environ 30h, sont particulièrement conséquents. Ils atteignent en effet 350 mm à Saint-Jean-de-Barrou et 312 mm à Durban-Corbières. Sur une telle période, des lames d'eau si élevées dans cette zone sont exceptionnelles. Notons qu'en fin d'après-midi du 27, une lame d'eau de 120 mm environ a été relevée en 2h de temps (dont 105 mm en 1h30).
+ sur l'Espinouse et la Montagne Noire, c'est à Castanet-le-Haut que le cumul de l'épisode est le plus important avec 282 mm. Notons que sur les deux épisodes, en cinq jours, la lame d'eau totale dépasse 500 mm sur cette station. Plus généralement sur ce deuxième épisode, les cumuls sont compris entre 80 et 140 mm sur le secteur, jusqu'à 165 mm à Labastide-Rouairoux dans le Tarn.
+ sur les Pyrénées-Orientales , la lame d'eau la plus élevée a été relevée à Banyuls-sur-Mer et atteint 191 mm. Plus généralement, Vallespir et Albères ont été les plus copieusement arrosés.
+ sur le Minervois, les pluies ont été abondantes, mais peu durables. La lame d'eau atteint 100 à 130 mm sur cette zone, peu soumise à de fortes intensités horaires.
+ le massif de l'Aigoual a également subi de fortes précipitations durant cet épisode, puisque la station située au sommet du massif récolte 138 mm.
 

Malgré des cumuls parfois élevés, les intensités n’ont pas été en mesure de provoquer des réactions fortes et généralisées. Ainsi, à part la Berre, cours d’eau secondaire de l’Aude situé près de l’épicentre des précipitations, qui a fourni une crue importante avec quelques débordements, les autres cours d’eau n’ont pas montré de réaction significative. Sur des sols secs, notamment en ce qui concerne l’Aude et les Pyrénées Orientales, des intensités fortes et durables sont nécessaires pour faire réagir les cours d’eau dés le premier épisode sérieux. Cela n’aura pas été le cas et c’est ce qui explique la faiblesse des réactions de cours d’eau comme l’Orb ou l’Aude.
Quelques ruissellements et accumulations ont localement pu être observés, sans prendre de proportions trop importantes.

Contexte météorologique :

Cet épisode pluvieux a été piloté, de manière classique, par l’approche d’un vaste thalweg d’altitude par l'Atlantique.
Ce dernier est ensuite venu s'isoler en cut-off sur le nord de l'Afrique, assurant ainsi durant environ 48 heures, sur le sud de la France, un flux cyclonique de secteur sud dominant. Cette circulation d'altitude a été associée, au niveau du sol, à un creusement dépressionnaire entre les Baléares et la côte orientale de l’Espagne. Cette configuration a maintenu durant deux jours un rapide jet de basses couches, de secteur SSE puis ESE, pointant vers les Cévennes, puis la Montagne Noire et les Corbières. Ce puissant flux a véhiculé un air doux et très humide sur l’ensemble du Languedoc et du Roussillon, comme en témoignent les hautes valeurs du contenu en eau précipitable de la troposphère. Les profils verticaux ont par ailleurs présenté une instabilité modérée, notamment en mer et sur l’ouest du Languedoc, permettant la production et l’entretien de précipitations à la fois continues et fortes.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 22:01
Source Météo World (http://www.meteo-world.com) :
En Italie, les pluies torrentielles qui se sont abattues le mardi 25 octobre dans le centre et le Nord du pays on fait 9 morts et 5 disparus.
Les orages ont provoqué des inondations et des coulées de boue, ravageant de nombreux villages en Ligurie et en Toscane.
Les zones les plus touchées sont celles situées à l'Est de la Ligurie, dans la province de La Spezia et dans la Lunigiana, où jusqu'à présent, on a retrouvé quatre victimes.
À la frontière entre la Ligurie et la Toscane, il est tombé plus de 500 mm de pluie, qui en quelques heures ont fait déborder les rivières et les ruisseaux, transformant la zone en un torrent d'eau et de boue.
Dans la province de Massa Carrara (Lunigiana), il est tombé 366 mm de pluie, un événement exceptionnel qui ne se produit au minimum que tous les 50 ans.
Malgré l’arrêt des précipitations, plusieurs zones restent encore isolées dans l'est de la Ligurie et en Toscane. Le bilan pourrait encore s’alourdir. Les services météorologiques italiens avaient placé presque tout le Nord de l’Italie en vigilance rouge.
Quelques vidéos :
Source La Chaine Météo :
Après avoir concerné le Languedoc-Roussillon puis la région PACA, les fortes précipitations orageuses qui avaient touché la France se sont décalées vers l'Italie. Elles ont été particulièrement violentes du côté de la Ligurie et de la Toscane, où de graves inondations se sont produites.

Localement, des cumuls de plus de 200 mm ont été observés, avec jusqu'à 539 mm à Brugnato (Ligurie), dont 460 mm en 6 heures seulement, 452 mm à Calice al Cornoviglio (Ligurie), 376 mm à Pontremoli (Toscane) , ou encore 332 mm à San Gottardo (Ligurie). Ces cumuls représentent parfois jusqu'à 6 mois de pluie, tombés en moins de 24 heures.

Inondations catastrophiques

De très importantes inondations se sont donc produites sur ces deux régions, et le bilan provisoire fait état de 9 morts et 5 disparus. Toutefois, de nombreux villages sont encore isolés dans ces provinces au relief particulièrement marqué, favorisant également le ruissellement et donc les crues des cours d'eau ainsi que les glissements de terrain. L'autoroute A12 menant à Gênes a été coupée. Le reste de l'Italie a également été concerné de façon plus atténuée.
L'automne est traditionnellement la saison de ces fortes perturbations d'origine méditerranéenne sur l'Italie. Chaque année, plusieurs épisodes génèrement des inondations, le sud du pays est d'habitude plus impacté, notamment la Calabre et la Sicile.
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 23:56
Source Keraunos (http://www.keraunos.org) :
 
La tornade d'intensité EF1 (rafales de vent compris entre 135 et 175km/h) a pris naissance en mer, au sein d'un système convectif de méso-échelle actif (MCS). Un axe de convection profonde plus intense, structuré sous une forme quasi-linéaire (QLCS), était ainsi en place en mer plusieurs dizaines de minutes avant la formation de la tornade, avec extension de l'activité convective profonde sur l'ouest du département du Var.
L'analyse des échos radar suggère le développement d'une série de misocyclones le long de ce QLCS dès 07h locales. L'un d'entre eux circule en phase avec une cellule convective virulente, qui remonte en flux de SSO depuis le large et balaie la commune de Sanary-sur-Mer entre 07h25 et 07h35 locales. Les fortes réflectivités associées laissent penser que les mouvements verticaux, très intenses et persistants au sein de cette cellule, ont permis un développement du vortex jusqu'à un stade de tornade, ce que ne sont pas parvenues à réaliser les autres cellules composant ce système convectif.
 
L'ensemble circulait au sein d'un flux fortement cyclonique de secteur SSO, piloté par un imposant thalweg d'altitude qui, au même moment, abordait l'ouest du pays. Le flux de surface, très rapide et orienté au secteur SE, advectait dans le même temps sur le Var une masse d'air très douce et fortement chargée en humidité dans les basses couches de l'atmosphère, y induisant une instabilité latente modérée. Cette configuration propice à des développements orageux a été associée à des cisaillements profonds supérieurs à 20 m/s à proximité du Var, assurant ainsi un contexte favorable à une convection organisée. Cette dernière a par ailleurs bénéficié d'intenses cisaillements de basses couches, qui ont constitué l'un des moteurs essentiels au développement de cette tornade.
 
- principaux dégâts : toitures endommagées (>20%), gros arbres déracinés ou étêtés, poteaux électriques (bois) brisés net, lampadaires pliés, légères projections de débris.
 
Vidéo montrant l'étendu des dégâts :
 
Partager cet article
Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 23:41

Source La Chaîne Météo (http://actualite.lachainemeteo.com) :

Une perturbation très active a stagné tout au long de la journée du 24 octobre sur le Finistère. Cette situation de blocage s'explique par la persistance d'un vent de sud vigoureux plus à l'est, qui a totalement bloqué la zone perturbée sur la pointe bretonne. C'est seulement en début d'après-midi que le flux a commencé à changer et les pluies se sont alors décalées vers l'est.

C'est sur la Cornouaille et le pays de Léon que les précipitations ont été les plus soutenues, avec des intensités régulières de 15 à 30 mm/h pendant plusieurs heures. Localement, les cumuls ont été exceptionnels, et des records absolus ont été battus sur certaines zones. On a par exemple relevé jusqu'à 111 mm à Plabennec, 108 mm à Brest et 105 mm à Lanvéoc, ces valeurs constituant des records. A Brest, le précédent datait de 2004 avec "simplement" 74 mm.

Des cumuls très contrastés
Comme le phénomène de blocage a persisté plusieurs heures, les précipitations ont été très hétérogènes à l'échelle du département. Ainsi, dans le nord-est du Finistère, il n'est tombé que 19 mm à Plougonven et la région de Quimper n'a pas mesuré davantage que 27 mm. De manière générale, les lames d'eau supérieures à 50 mm ont concerné toute la moitié ouest du département.

Ces précipitations diluviennes se sont accompagnées d'importantes inondations dans le secteur de Brest. Les régions de Plabennec et du Cap Sizun ont également été très affectées, et les pompiers ont effectué plus de 300 interventions pour des routes coupées et des caves inondées. Fort heureusement, aucune victime n'est à déplorer.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 00:15
Source La Chaîne Météo (http://actualite.lachainemeteo.com) :
Des trombes d'eau se sont abattues sur Rome. Elles ont engendré d'importantes inondations et fait une victime.

180 mm de pluies localement
La situation s'est fortement dégradée avec le déclenchement des premiers orages. Ces orages, parfois stationnaires, sont devenus rapidement violents accompagnées de fortes rafales de vent. On a enregistré près de 7000 impacts de foudre. En 1 à 2h, les trombes d'eau engendraient les cumuls suivants :
- Rome centre : 70 à 90 mm
- Rome (localement) : 110 à 130 mm
- province de Rome :entre 170 et 190 mm

Catastrophe naturelle
Plusieurs quartiers sont inondés, une ligne de métro fermée (Rome n'en compte que deux), de nombreux véhicules bloqués dans de véritables "lacs urbains", telles sont les premières conséquences visibles de ces intempéries. Ce type de situation n'est survenue que deux fois au cours des dix dernières années, en 2003 et 2008. La situation a contraint le maire a demandé l'état de catastrophe naturelle. Des écoles ont été fermées. La tempête a également provoqué l’interruption temporairement des aéroports.
Vidéo des inondations :
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 00:13

Source Météo World (http://www.meteo-world.com) :

Le 12 octobre a été de nouveau une journée très chaude dans le Sud, avec des records qui sont à nouveau tombés autour de la méditerranée.

Les thermomètres situés dans les stations de météo France ont relevé :
- 33.7°C à Entrecasteaux ce qui constitue un nouveau record mensuel pour cette station
- 33.4°C à Saint Martin de Londres (34) et à Colognac (30)
- 32.5°C à Béziers (nouveau record pour une 2° décade d’octobre)
- 31.9°C à Sète il s’agit là aussi d’un record mensuel
- 31.8°C à Eus (66)
- 31.7°C à Perpignan (66).

À noter aussi la chaleur matinale très remarquable pour ce mois d’octobre sur le Roussillon avec 22.4°C au Cap Béar (66) battant ainsi son record de 21.8°C qui datait du 3/10/1997.
La station de Perpignan affichait quant à elle 21.4°C soit à seulement 0.9°C de son record du 11/10/1997.

Source Météo France :

Depuis lundi 10 octobre 2011, un anticyclone centré sur le sud-ouest de l’Europe entraîne un flux de Nord à Nord-Ouest sur le bassin méditerranéen. La masse d’air associée, très douce pour la saison, subit l’effet de Fœhn : elle est asséchée et voit sa température augmenter au passage des contreforts du Massif Central et des Alpes.

Les 11 et 12 octobre, la région Languedoc-Roussillon a enregistré des records de chaleur pour la deuxième décade (du 11 au 20 octobre). Le record d’octobre a été battu au Luc avec 32,6°C mardi 11 octobre. Mercredi 12 octobre ce fut le cas de Aigues-Mortes avec 31,5°C, de Saint-Aubin avec 30,7°C et Sète a battu son record de la veille avec 31,9°C. Dans la région PACA, les records ont été enregistrés à l’intérieur des terres car les zones côtières ont connu un effet de brise marine, contrairement aux régions à l’ouest du Rhône.

Températures maximales relevées le 11 octobre :
- 32,0°C à Béziers
- 31,1°C à Montpellier
- 30,0°C à Aubagne
- 30,2°C à Nîmes

Températures maximales relevées le 12 octobre :
- 32,5°C à Béziers
- 30,6°C à Montpellier
- 31,7°C à Perpignan
- 30,2°C à Aubagne

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 23:04

Source La Chaîne Météo (http://actualite.lachainemeteo.com) :

Alors que l'ancien typhon Nalgae aborde la péninsule indochinoise, la Thaïlande connait depuis ces deux derniers mois les pires inondations depuis plusieurs décennies.
Des millions de thailandais sont touchés par ces intempéries et on parle à présent de plusieurs centaines de morts en raison notamment de digues qui ont cédé sous l'assaut des fleuves et des rivières en crues. Près de 10 000 militaires ont été mobiliés pour faire face au fléau mais l'ampleur de la tâche s'avère très importante.

La Thaïlande se trouve actuellement dans sa période de mousson qui débute au mois de mai pour se terminer en octobre. Durant cette période, il tombe habituellement près de 1280 mm de pluie soit 88 % de la pluviométrie annuelle. Cette année, ce ne sont pas moins de 1604 mm qui sont tombés à Bangkok entre mai et septembre, soit 110% de la pluviométrie annuelle normale.
Or la captiale ne se trouve qu'à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer et certains quartiers du fleuve Chao Phraya sont déjà sous les eaux. Ailleurs, sur le pays, la situation est tout aussi dramatique puisqu'on relève depuis le mois de mai :

- 1604 mm à Bangkok (soit 69% de plus que la normale)
- 1241 mm à Chiang Mai (soit 33% de plus que la normale)
- 1015 mm à Udon Thani (soit 7% de plus que la normale)
- 1470 mm à Phitsanulok (soit 39% de plus que la normale)
- 1095 mm à Nakhon Sawan (soit 34% de plus que la normale)
- 1545 mm à Ubon Ratchattani (soit 12% de plus que la normale)
- 2671 mm à Chanthurri (soit 16% de plus que la normale)
- 945 mm à Chumphon (soit 5% % de plus que la normale)
- 723 mm Songkhla (soit 31% de plus que la normale)

Ces cumuls pluviométriques sont certes importants au regard de ce qu'il tombe sous nos contrées mais pas exceptionnels si l'on s'en tient aux écarts à la normale. Toutefois, ces écarts cachent des disparités mensuelles plus importantes. Ainsi, il est tombé à Bangkok au mois de juin 220% de plus qu'à la normale, à Nakhon Sawaon 141% de plus au mois de mai, à Prachuap Khirikhan 153% de plus au mois de juillet, à Songkhla 120% de plus au mois d'août et enfin à Chanthaburi 181% de plus au mois de septembre. D'autre part, l'arrivée de la dépression tropicale Nalgae n'augure rien de bon pour le nord du pays. La saison de la mousson ne se terminant qu'à la fin octobre, d'autres pluies très importantes sont encore suceptibles de se produire.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 23:58
Source Météo-World (http://www.meteo-world.com) :
Selon les sites d’informations africains, des tornades ont frappé les villes de Ficksburg et Nigel, détruisant des centaines de maisons et laissant ainsi des milliers de personnes sans abri.
Plus de 160 personnes ont été blessées dans les dommages provoqués par les tornades. Des arbres ont été déracinés et des câbles électriques endommagés. Interrogé par le New York Times, un témoin a décrit la tornade comme « un serpent gigantesque avec des yeux énormes ».
Deux personnes supplémentaires ont été tuées par la foudre dans les provinces de KwaZulu-Natal.
Les tornades sont un phénomène météorologique assez fréquent en Afrique du Sud.
 
Vidéo de la tornade :
Partager cet article
Repost0