Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Météo en France
  • : Le temps en France et dans le monde et les événements climatiques et météorologiques
  • Contact

Recherche

Nombre de visites

total visiteur :

connecté(s) actuellement : 

 

 

10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 22:55

Source Météo France (http://france.meteofrance.com) :

La saison des ouragans dans l'Atlantique Nord, qui a pris fin le 30 novembre 2011, a été la troisième la plus violente depuis 1851, date du début des statistiques dans ce domaine. Les météorologues de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) ont compté un total de 19 tempêtes tropicales et sept ouragans, parmi lesquels Irène qui a notamment touché les grandes villes de la côte Est des Etats-Unis.
Les 19 tempêtes tropicales se sont abattues sur les Caraïbes et le sud-est des Etats-Unis et ont donné naissance à sept ouragans, dont trois considérés comme "majeurs".
Les ouragans de force majeure sont des ouragans de catégorie 3 ou plus sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte cinq.
La saison 2011 a été aussi violente que celle de 1887, mais moins que celles de 1995 et 2010, indique la NOAA.
En moyenne, la saison des ouragans dans l'Atlantique Nord compte 11 tempêtes tropicales (vents soufflant à plus de 62 km/h), six ouragans (vents soufflant à plus de 119 km/h) et deux ouragans majeurs (vents soufflant à plus de 178 km/h).
Le passage de l'ouragan Irène a provoqué fin août plus de 10 milliards de dollars de dégâts sur la côte Est des Etats-Unis, selon le cabinet de modélisation des catastrophes naturelles Eqecat. Il a fait au moins 43 morts et touché au total plus de 40 millions de personnes.
Porto Rico, Cuba, Haïti et le Mexique, souvent la cible des ouragans, ont dû au cours de cette saison, du 15 mai au 30 novembre, procéder à des évacuations de masse, surtout à cause d'Irène. Cependant, il y a eu moins de victimes que les autres années.
La saison 2010 avait été aussi particulièrement active avec la formation de 12 ouragans qui ont entraîné la mort de près de 350 personnes et fait des dégâts énormes en Amérique centrale et dans les Caraïbes.

Entre juin et novembre 2011, 20 phénomènes cycloniques se sont formés dans l’Atlantique Nord. L’activité cyclonique en 2011 sur cette région du globe a été plus élevée que la normale. En effet, la moyenne sur la période 1981-2010 est de 12.2 cyclones nommés (dont 6.4 ouragans). Si l’on considère que nous nous situons depuis 1995 dans un cycle d’activité renforcée, cette moyenne remonte à 14.

Sur ces 20 phénomènes totalisés, 18 ont été nommés, ce qui signifie qu’ils ont atteint au moins le stade de tempête tropicale. La plupart sont apparus en août (8) et septembre (6). La majorité d'entre eux est restée au stade de tempête tropicale. Sept systèmes ont été classés ouragans, dont 3 ouragans majeurs (catégorie supérieure ou égale à 3 selon l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5) : Irène fin août, Katia et Ophelia en septembre. Les 4 autres ouragans se nomment Maria, Nate, Philippe en septembre et Rina en octobre. Un système passé début septembre au nord des Bermudes n’a été confirmé comme tempête tropicale qu’a posteriori par le National Hurricane Center (Miami), et n’a donc pas de nom. Enfin, la dépression numéro 10, née fin août en plein Atlantique, n'est pas montée au stade de tempête.

En 2010, parmi les 19 phénomènes baptisés, on avait relevé 12 ouragans, dont 5 majeurs (contre 2.5 en valeur moyenne). La saison 2011 a été moins active que celle de 2010. Cette appréciation est confirmée par la valeur de l’énergie cyclonique accumulée (ACE), qui tient compte à la fois de la force des vents et de la durée de vie des tempêtes tropicales et ouragans. Cette année, cet indice atteint 132% de la normale. En 2010, il était à 190%.

null
(copyright Météo-France)
Quelques phénomènes remarquables

null
Le sud-est des Bahamas est touché de plein fouet par Irène, devenu ouragan de classe 3. Le vent moyen maximal est de 185 km/h, avec des pointes jusqu’à 225 km/h (24/08/2011 à 14h30 UTC - Satellite GOES13)

Irène, Katia et Ophelia, les 3 ouragans majeurs de l’année, figurent bien sûr parmi les plus remarquables des ouragans ayant circulé sur l’Atlantique nord. Irène est cependant le seul à avoir touché des terres habitées.

Irène a circulé au stade d’ouragan de catégorie 3 sur l’archipel des Bahamas puis il est remonté vers la côte est des Etats unis, qu’il a atteinte au stade 1. Il a ensuite continué à s’affaiblir en remontant vers le nord, donnant néanmoins des vents forts et surtout de fortes pluies, responsables d’inondations. Ce cyclone est le plus meurtrier de l’année. Il a provoqué la disparition de 55 personnes dans les Caraïbes et aux Etats-Unis. Il aurait causé pour un montant estimé à au moins 7 milliards de dégâts, des Carolines du Nord à la Nouvelle-Angleterre. Les vents moyens (soutenus sur 1mn) ont atteint 195 km/h dans le mur de l’œil qui a frappé plusieurs îles des Bahamas. Il a été enregistré des rafales de vent atteignant les 225 km/h.

Katia et Ophelia sont les plus puissants ouragans de l’année. Ils ont tous les deux atteint, même brièvement, la catégorie 4 (vents moyens supérieurs à 210 km/h). Ils ont heureusement circulé essentiellement sur mer. L’île de Terre-Neuve a toutefois été touchée par Ophélia qui a produit des rafales frôlant les 100 km/h à Cape Race. De hautes vagues ont également frappé les régions côtières tandis que plusieurs routes et ponts du sud ont été fermés en raison d’inondations.

Emily, Irène, Maria et Ophelia ont toutes traversé l’arc antillais.
La particularité commune à chacun de ces cyclones est d'avoir pris naissance sur l'Atlantique à l'est immédiat de l'arc antillais et d'avoir parfois amorcé son développement en tempête tropicale juste au passage de l'arc.

Emily a généré le 2 août au matin des pluies abondantes en Martinique, notamment sur la région de Fort de France (cumuls entre 120 à 170 mm en 24 heures).
Maria a apporté également début septembre de forts orages, remarquables essentiellement par leur forte activité électrique.

Quant à Ophelia, dont le centre est passé au nord de l'Arc, ses bandes spiralées ont entraîné sur la plupart des îles quelques passages pluvio-orageux de forte intensité, qui ont provoqué des inondations dans plusieurs localités.

L’ouragan de catégorie 4 Katia a circulé bien au nord des Petites Antilles. Cependant, il a engendré une forte houle de secteur nord qui est descendue jusqu’aux îles de l’arc antillais. Ainsi, on a observé des creux de 5 à 6 mètres en Guadeloupe.

Partager cet article
Repost0

commentaires